compta
Contrôle de gestion

Le traitement des charges directes et indirectes

Un problème limité aux charges indirectes

Seules les charges indirectes posent problème, puisque les charges directes s'imputent directement sur les produits ou activités concernées

Le recours aux centres d’analyse et aux unités d’œuvre

• Pour imputer les charges indirectes, nous utilisons des centres d'analyse. Les centres d'analyse correspondent en principe à une division réelle de l'entreprise ou à l'exercice d'une responsabilité.

Les charges totalisées dans un centre doivent avoir un comportement commun, afin de pouvoir déterminer une unité de mesure de l'activité de chaque centre : l'unité d'oeuvre (ex : heure de mod, heures machine, quantité produite).

Lorsqu'il n'est pas possible de déterminer une unité d'oeuvre physique, on retient une base monétaire, l'assiette de répartition (en général CA ou coût de production des produits vendus) qu'on impute grâce à un taux de frais (Total des charges du centre * 100/assiette de répartition)

• On distingue deux types de centres d'analyse

-"opérationnels", dont l'activité est mesurable par une unité d’oeuvre physique et qui comprennent les centres principaux (oeuvrent directement le produit) et auxiliaires (ex : gestion des bâtiments, des matériels...)

- de structure, dont l'activité n'est pas mesurable par une unité physique significative. On utilise donc le taux de frais

Le tableau de répartition des charges indirectes >>

Le contrôle de gestion

Présentation du cours de contrôle de gestion et enjeux et débats autour de la discipline

Les coûts complets

La méthode des coûts partiels

L’imputation rationnelle et les écarts

Planification et gestion budgétaire

Les perspectives du contrôle de gestion


Actualités du contrôle de gestion

Cours créés et mis à jour par Ed., administrateur du site et ancien intervenant à l'ESG, l'Ecole Centrale de Paris, Audencia et Paris XII